3 phrases pour passer à côté d’une formation et de son efficacité

Lundi matin, à peine remise d’un week-end aussi fatigant que relaxant, je me heurte à ma semaine, elle s’annonce… spéciale ! J’entre dans ma salle de formation, face à moi, 15 stagiaires d’un gros plateau de Call center travaillant pour un grand opérateur européen… Mon objectif : améliorer les performances en chute libre, notamment en raison d’un management à l’américaine des années 90.

Je sens, dès mes premiers pas, les yeux se braquer sur moi fixement : j’ai, l’espace de quelques secondes, l’impression d’être un gladiateur qui pénètre dans la fosse aux lions. Je m’arme de mon plus beau sourire et m’apprête à…. Quand la première salve est tirée, elle vient d’un mec plus bouboule que baraqué, assis les bras croisés au fond de la salle… Sans autre forme, il lâche : « j’espère que vous êtes moins nulle que celle qui est venue il y a trois moins, on a rien appris ! »

Au fond de moi, je ne peux retenir un Wahou… il attaque fort !
Le ton est donné ! N’ayant pas pour habitude de dénigrer mes confrères et consœurs, je m’engouffre dans la brèche pour faire de cette réflexion, le point de départ d’un exercice pratique, l’écoute active…

De fil en aiguille, (ou plus justement au terme d’un questionnement en entonnoir), mon interlocuteur vindicatif finit par m’avouer du bout des lèvres que les stagiaires présents à la dernière session se sont gardés de mettre en pratique les enseignements reçus pour une raison qu’il peine à m’expliquer.
Alors comment dire qu’une formation est nulle quand on s’abstient scrupuleusement de la mettre en pratique et que l’on se cantonne à sa zone de confort visant à perpétuer encore et encore les mêmes actions avec l’espoir (aussi fou que vain) qu’elles entraîneront d’autres conséquences ?

Cette anecdote m’a conduit à pousser plus avant ma réflexion sur les freins à l’apprentissage et sur les expressions que je bannis d’office dans chacun de mes cours.

« Je sais »
« Je n’y crois pas »
« Ah ça, ca ne fonctionne pas chez moi, je suis différent »
Voilà résumé en 3 phrases, les blocages de ces stagiaires qui n’avancent pas et à qui nous ne pouvons rien apprendre.
3 phrases simples, banales qui envoient un mauvais message au cerveau et qui s’accompagnent forcément de l’échec de la formation.
3 phrases qui me donnent quand je les entends l’envie de remballer mes affaires pour aller me poser au soleil sur une plage ! Quitte à perdre mon temps autant y prendre du plaisir…

Je sais – Traduction : vous n’avez rien à m’apprendre

 

« Je sais ! » met fin à toute discussion et à toute possibilité de développement…
En prononçant ces deux mots, vous brandissez ni plus ni moins qu’un panneau STOP, une fin de non-recevoir !
Votre cerveau ferme alors toutes les écoutilles et plus rien ne filtre, vous êtes étanche à toute forme d’enseignement, vous vous réfugiez dans votre savoir, sans prise de conscience.
Et pourtant !

Quand une personne vous envoie bouler avec un fracassant « Mais je sais ! », quelle est la première réponse qui s’impose à vous, quasi instantanément : « Alors si tu sais, pourquoi ne le fais-tu pas ? » ou une réponse de la même veine…
Là réside toute la différence ! Savoir ne signifie pas être capable de passer à l’action ou de mettre en pratique, savoir ne signifie même pas avoir pris conscience concrètement de ce qu’implique le savoir…
On sait tous que les frites sont mauvaises pour la santé, qu’il faut manger cinq fruits et légumes par jour, qu’il faut pratiquer une activité sportive ; pourtant le fait-on pour autant ? Non mais nous le savons tous !

Mais « savoir » ne suffit pas à engager notre corps et n’induit pas non plus la prise de conscience nécessaire pour avancer.
On peut donc accumuler des savoirs, comme on entasse des objets dans une armoire ; ils sont là, mais ils ne servent strictement à rien tant qu’on ne se les approprie pas, tant que notre subconscient n’est pas intimement persuadé que ce savoir va être source de bien-être, tant que notre subconscient n’associe pas un sentiment de plénitude et de plaisir à ce savoir, qui va finalement vous permettre d’engager votre corps vers le changement.
Alors à quoi sert le savoir qui n’est pas transposé ou appliqué selon vous ?

L’ineffable puissance du « je n’y crois pas »

Sous-entendu : « donc je me bloque et je ne lâche pas prise ».  Avez-vous déjà fait l’expérience de la puissance contenue dans cette simple phrase ? Si vous ne l’avez pas encore vécue de l’intérieur, je vous invite à la prononcer, une fois alors même que vous êtes en position d’apprendre. Vous constaterez immédiatement, comment votre corps se bloque, campe sur ses positions, sûr de lui et prêt à zéro compromis…

Le sceptique réfute toute possibilité sur la simple base de sa croyance, laquelle est ultra-limitante : il n’y croit pas et donc, n’y croyant pas, forcément cela ne marche pas, ce qui l’incite avec force et conviction à revenir vers le formateur en déclamant grandiloquent combien il le savait, et comme il nous l’avait bien dit que ça ne marcherait pas… peut-être dans un sursaut d’humanité ajoutera-t-il « sur lui », dans l’espoir d’atténuer votre déception d’avoir échoué.

C’est ce que nous appelons dans notre jargon de coach, une boucle autovalidante…
Ma croyance : je n’y crois pas
Le résultat : ça ne marche pas
L’action : je ne fais aucun effort pour mettre en application l’enseignement…

En d’autres termes, vous avez une croyance, vous vous attendez à tel résultat et vous allez inconsciemment initier des actions qui vont vous conduire au résultat annoncé, ce qui ne fera que renforcer votre croyance.

En clair, si on prend l’exemple de l’hypnose :
– admettons que vous ayez une croyance : cela ne fonctionne pas sur moi
– le résultat que vous attendez : aucun changement
– l’action qui va se mettre en place inconsciemment : une résistance qui vous empêchera de vous laisser aller

Je vous invite donc à changer de paradigme et à modifier votre discours interne, tentez par exemple une phrase de ce style :
Même si je n’y crois pas, je vais manger 5 fruits et légumes par jour durant 2 semaines et je regarderai s’il y a un effet sur ma santé / si je constate un changement.
Observez le résultat.

Ah ça, ça ne fonctionne pas chez moi, je suis différent

Les formations, plus spécifiquement celles en développement personnel, reposent, pour la plupart, sur des méthodes éprouvées qui se sont améliorées au fil du temps. Certes, certaines personnes sont plus réceptives à certaines pratiques qu’à d’autres, mais les êtres humains étant tous câblés de la même manière, il y a nécessairement des points de la formation qui vous interpellerons et qui entreront en résonance avec vous.

Vous êtes unique, c’est incontestable, mais vous n’êtes pas différent de vos congénères dans vos fonctionnements et dysfonctionnements, vous êtes un être de croyances, de valeurs, de besoins exprimés ou non. Vous êtes mu par des émotions, vous émettez un champ électromagnétique positif ou négatif.
Se marginaliser ne vous rend pas original, mais vient renforcer des blocages et des peurs, voire ancrer encore plus profondément des croyances et ajouter des freins sur vos freins.

Si vous voulez revendiquer votre différence, explorez vos potentiels, allez à la rencontre de vous-mêmes, de vos talents ; c’est en cela que vous manifesterez votre différence, et non en restant dans votre zone de confort en campant sur votre prétendue différence qui ne leurre que vous.

S’inscrire à des ateliers, suivre des séminaires, assister à des formations, c’est bien mais garder l’esprit suffisamment ouvert pour les mettre en pratique, c’est mieux. Oublier ce que l’on croit savoir, ce que l’on sait pour jouer le jeu de la nouveauté et de la découverte en mettant en application des méthodes qui peuvent nous sembler éloignées de nos propres croyances, c’est un défi aussi intéressant qu’instructif à relever.

Une formation en développement personnel, c’est un voyage au cœur de soi même pour passer à un niveau supérieur, petit à petit… Ne vous privez pas de votre potentiel par peur de quitter vos croyances ou de sortir de votre zone de confort…
Le meilleur reste forcément à venir…

Vous souhaitez ramollir vos croyances ou les échanger au profit de nouvelles ? Alors, inscrivez-vous dans la colonne de gauche pour recevoir l’outil du mois.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *